Ils vont détruire le pont, bien leur en fasse !

Je m’inscris en faux contre les propos du Préfet concernant le Pont du Pertuis. La proposition de réhabilitation permettait un profil en travers avec deux voies de circulation automobile et cycliste, des passerelles élargies pour piétons, toutes les fonctionnalités pour une circulation urbaine normale. Le pont n’est pas en état de grande vétusté, mais, ce qui est différent, en mauvais état (faute d'entretien par le Port Autonome) et réparable. Le prix de la réhabilitation est certes un peu plus important mais en rapport avec la préservation d’un patrimoine de très grande valeur, puisque c’est le dernier pont connu de cette qualité architecturale. Quant au délai plus long, la preuve est faite aujourd’hui que les neuf mois impératifs (liés aux travaux du tram) ne se justifiaient pas et que les quinze mois nécessaires à la réhabilitation étaient acceptables. Le classement des formes de radoub n’est jamais qu’un alibi pour justifier qu’on a fait dans ce lieu emblématique quelque chose en rapport avec le classement Unesco de Bordeaux, et masquer ce qu’on est en train de démolir.
Le communiqué de presse nous dit : "le pont du pertuis ne fera pas l’objet d’un classement qui aurait fait obstacle à la démarche engagée par le Port, avec l’accord des collectivités concernées ″Grand Programme puisqu’il s’agit de réduire la passe d’accès au bassin N°2 de 25 à 8 mètres , interdisant le passage des multicoques de plaisance, de condamner les alvéoles de la base sous marine au rang de simples baignoires en contrariant fortement tout projet de développement artisanal ou de petites industries liés au naval.
Le communiqué continue : "pour assurer une nouvelle desserte essentielle aux projets de développement des quartiers attenant aux bassins à flot". Le pont réhabilité permet une circulation à deux voies, le passage des vélos et des piétons dans de bonnes conditions ( aussi bonnes que rue Achard, Vital-Carles ou Alsace-et-Lorraine ) sachant qu’il s’agit, dans le cas du pont, d’un passage de 54 mètres de long !!!
Et enfin "qui aurait figé abusivement ce territoire". D’après ce que je comprends, le classement du pont interdirait de livrer un territoire à la promotion immobilière débridée et assoiffée de profits, et alors ? en quoi un site classé interdit-il de construire, avec l’accord des Services de l’Architecture concernés, une Ville raisonnée, pensée, moderne, où l’appât du gain n’est pas le seul moteur, et qui offre à la génération actuelle et à celles à venir un patrimoine aussi beau que celui que nos "édiles" s’acharnent aujourd’hui à détruire.
J’en terminerai en disant que dans cette affaire j’ai été trompé, mais je ne suis pas le seul. On m’a sans arrêt ressorti des élément erronés sur les prix, sur les délais, sur les possibilités techniques. On a refusé systématiquement de prendre en compte les études techniques et chiffrées d’industriels réputés pour leurs compétences en mettant en cause, sans aucune justification, leur capacité à remettre en état le Pont du Pertuis.
Et enfin, parce qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer, DOMMAGE, on aura un pont, pas un pont qui relie les hommes entre eux, avec ce Génie du lieu qui nous vient du passé mais qui assure aussi, totalement, sa fonction économique et laisse passer tous les bateaux. Mais un petit pont, qui laissera passer les petits bateaux et les gros camions. Car comme me l’a dit le Secrétaire Général d’un organisme connu : "il faut bien que les camions passent quelque part".
Messieurs les décideurs vous avez gagné, le pont du pertuis va être détruit, bien vous en fasse.

Robert Venturi